title>Patrimoine - Riou et les Calanques du docteur Albert

Riou et les Calanques du docteur Albert

Riou et les Calanques depuis 1991

Errances et Réflexions d'une Promeneuse Solitaire

Depuis 1991, le Conservatoire du Littoral,
l'incroyable Grotte Cosquer


Tous mes remerciements à Alain Mante pour son aide qui ne se dément pas
et à son équipe du CEEP, Jennifer, Arnaud,
Tim et Yannick et depuis 2006
Jean-Patrick et Christophe et Jérome et Julie et Nicolas et Celia et Elodie...



Tim, Celia, Jean Patrick


Le Cabanon de la Fons agrandi et remis à neuf par le CEEP


La Calanque de Fontagne à l'état pur temporairement grace au travail des gardes


Les tamaris plantés par mes parents depuis 1964 sur le site du silo d'eau douce

Nous conservons pour que nos enfants connaissent toutes ces choses que nous essayons de détruire.
Il importe de nous empêcher de mal faire par ignorance, ou malveillance, ou stupidité.

Que conservons- nous?

Qui décide?

Depuis 1991, le Conservatoire du Littoral est devenu propriétaire des iles de Marseille, Chateau d'If, Pomègues, Rateneau, Maïre, Peyrot,Jarre, Calseraigne, les Petit et Grand Conclus et Riou. Je crois que c'est en 1998 que le Conservatoire a acheté la pinède entre le Domaine de Port d'Alon et le Golf de Frégate.



INCROYABLE GROTTE COSQUER

La grotte Cosquer a été révélée au public en 1991, l'année de la mort de mon père. Dans cette région unique qui l'a passionné, il y avait quelque chose d'encore plus étonnant, et il ne l'a pas su. Si Henri Cosquer avait vu la main peinte tout de suite, si sa lampe ne s'était pas éteinte lui causant sans doute une belle chaleur, il aurait peut-être révélé sa trouvaille plus tôt, à temps si...!  Mais avec des si on referait le monde

La grotte est incroyable parce que quelqu'un l'a trouvée, et a eu le courage (ou l'inconscience!) de nager dans un boyau de 125 mètres après avoir plongé à 36 mètres.
Incroyable parce qu'elle est encore située au dessus du niveau actuel de la mer, et de ce fait on peut encore la voir. Incroyable par les animaux qui y sont peints, et qui sont des pingouins, des méduses, des phoques. Incroyable parce qu'il y a un morceau de draperie stalactite cassée, avec une main peinte, tombé dans un gouffre de 21 m, récupéré, et que l'on devrait sortir et exposer dans un musée de Marseille comme la Joconde de Cromagnon.
Tellement incroyable que dans le monde, les gens n'en savent rien après plus de 15 ans.


Ce n'est certes pas la faute de ces 3 hommes...Luc Vanrell, Jean Courtin, Jean Clottes sous des Mains Peintes


Jean Clottes et Jean Courtin devant les Chevaux (Photo Luc Vanrell)

Ils ont le sourire en dépit des conditions extraordinairement difficiles de travail. On ne peut que saluer l'exploit que représente leur étude du site, couronné par le livre référence : Cosquer Redécouvert.
Parce qu'il est unique au monde l'endroit appartient au Patrimoine mondial. Il mérite d'être géré en conséquence.


Vue Zoom de Riou

Les Pingouins des Calanques (Photo Luc Vanrell) ou comme les appelle Luc, les Pingouins Marseillais
Les 2 du haut sont vus en train de parader pour la femelle placée plus bas

Les Méduses

Le Cerf

Pecten qui servit de lampe à l'artiste

Phoque gravé

La main qui pétrit l'argile ci-dessous?

Lionne

Puisqu'il y avait des enfants présents on peut penser que c'était l'école du coin avec l'avantage qu'à l'abri des intempéries les dessins dureraient en l'absence de l'artiste sous la main..dureraient 17000 ans
Photos: Cosquer redécouvert



Les FOURS à CHAUX de l'Ile de Riou, de Coulon et du Malvallon

Un peu à part pour la seule raison qu'il n'est pas facile de les dater. Il y en a 4 sur l'ile. 2 du coté de Caramassane (Cala massana = calanque rocheuse), un dans le Vallon de l'Aiglon, et un à la Sablière.

Le mieux conservé pas très loin d'un embarcadère. Sur la hauteur en haut à droite quelques morceaux de culinaire de Vallauris.
Sur le chemin, du tourbillonné/jaspé de l'Huveaune... mi-18 ème; Il est sur le cadastre de 1825

Dans le vallon voisin, celui-ci encombré d'un lentisque, probablement de la même époque. A noter la couleur rouge de la terre.
Nous ne sommes pas loin des affleurements de fer du puits des chèvres .
Le seul qui ne soit pas sur le cadastre de 1825, mais facile à manquer.

Celui de la Sablière a des murs d'un bon mètre d'épaisseur. Il est sur le cadastre de 1825 et a dû resservir à la construction du déversoir et de la cabane attenante en 1853; Il a une forme en 8 .

Celui de l'Aiglon barre le Vallon, à moitié recouvert de lentisques. Lui aussi date d'avant 1825

Aux archives des Bouches du Rhône le premier document qui mentionne un four à chaux est celui qui est sur la propriété des Soeurs de St Sauveur dans le vallon de Marseilleveyre (1565/1578). Ensuite on trouve un four à chaux à Sormiou en 1578, un contrat qui en 1777, parle de construire 3 fours, un tout de suite à Marseilleveyre, un à Carrelongue, un à la Mounine, et s'il est permis d'utiliser du bois, on ne doit pas déraciner les arbustes!
Sur la carte d'Ayrouard de 1736 qui me sert de toile de fond de la Pêche dans les Calanques, il y a dans la baie de la Napoule 4 fours à chaux au bord du rivage... et une savonnerie.

Four à chaux Marseilleveyre identique à celui de la Mounine coupé par un sentier moderne, petites pierres d'un blanc crayeux.. daterait de 1777.

Four à chaux Mounine
Celui de Carrelongue a disparu, bulldozé.



Contrat des Ets Coulet en 1777- ABdR
 

Si j'en crois les tessons, ceux de Caramassane étaient en exploitation à la même époque, mais cela ne spécifie pas à quelle fin. Savonneries depuis le 16ème siècle où l'on trouve la Ciotat en compétition avec Marseille.

J'ai donc (en 2006) rendu visite à Jean Ferdinand Petrucci qui a consacré sa thèse aux marmites de Vallauris. Il s'est prononcé pour mi-18ème.
Depuis nous avons trouvé un morceau de jaspé/tourbillonné de bonne facture ce qui pourrait rabaisser la date. Cela correspond aux 3 fours du littoral en face. On peut supposer de nouvelles constructions, dans Marseille, ou une croissance des industries comme des savonneries . Sans parler de la demande de chaux vive pendant la peste, ce qui pourrait expliquer la rumeur des gens réfugiés sur Riou à cette époque, et qui auraient pu camper pendant l'été à l'ombre des murailles qui bordent le départ du chemin de Caramassane
Une analyse du charbon de bois serait plus facile!
Mais il y a dû au moins en être un qui date de la construction de la Tour et de la Citerne vers 1300, 1442 pour la citerne du Pic, celui du Vallon probablement car il est le plus près
Celui de la Sablière, pour la construction du déversoir. Non seulement ils ont enlevé le sable, mais ils ont utilisé des tonnes de pierres et du mortier pour construire ce déversoir qui ressemble à un rempart avec une maison accolée.
Les deux autres ont peut-être été réutilisés par les fabriques de soude du 19ème. L'accès à Caramassane n'est pas aisé. Mais lorsque l'on voit l'emplacement de certains fours à chaux sur le littoral en face Riou, cela devient relativement une promenade.

La région des Calanques est parsemée de fours à chaux, et sur la carte du domaine de la Gardiole établie par mon père il y en a une cinquantaine de notés, et à peu près autant de fours à charbon ce qui devient presque une exploitation industrielle qui s'est poursuivie probablement jusqu'à la guerre de 40. Une autre exploitation dont j'ai vu les traces dans les pinèdes de Baudoin au-dessus d'En-Vau c'est la résine. On trouvait assez souvent les pots qui servaient à la recueillir. et détail amusant, les gardes de Riou pensaient qu'un fond d'amphore Dressel 1A trouvé sur l'ile était un pot à résine.
Si l'on se souvient de l'exploitation des "herbages et pasturaïges "de la côte jusqu'à Morgiou de 1658 jusqu'en 1789  la chaux pourrait surtout être une autre ressource du 14ème au 18ème, avant l'industrie du 19eme et 20eme
Toutefois on nous rebat les oreilles avec les savonneries, mais il y a tout de même d'autres emplois pour la chaux, mortier, crépi, épandage surtout chez les Grecs.
Il y a dans les Calanques une présence fugitive qui se révèle chichement. Je pense souvent au peu de traces que nous aurons laissé n'ayant pas de pot à casser, de pipes en céramique, d'outils qui résistent au sel marin, de monnaie à perdre, de clous à nos sandales, même à mes galoches de la guerre.

Un petit tesson d'argile rouge piqueté de grains noirs juste assez épais pour être un morceau d'amphore italique, une anse rouge, et il y a soudain sur le Cap des pêcheurs de l'époque romaine dont les ombres croisent les jeunes soldats qui virent au petit matin déferler un cauchemar par la terre alors qu'ils avaient leurs canons pointés vers la mer.
Que veut dire cette pièce du cinquième siècle avant Jésus-Christ, grosse comme un petit pois, ornée d'un satyre ou gorgone, sur le Plan de Coulon? Que vient-on acheter dans un endroit pareil? pas très loin de fours à chaux où l'on trouve d'autres témoins de passage 200 ans plus tard, puis encore 200 ans?

"...la preuve en est la découverte impromptue, lors de ramassages dits de surface, et en étudiant ces étranges murets, de nombreuses monnaies d'époque Massaliote. Ces pièces assurément "déposées" méticuleusement et précisément sur les rebords et contours de ces fours, comme des offrandes pour que les Dieux d'alors en bénissent le bon fonctionnement.

Aujourd'hui donc, envers et contre tout étonnement ou critique à venir de spécialistes, archéologues et historiens, nous l'affirmons haut et fort: nous avons bien découvert il y a de nombreuses années, avant même la création de notre association, dans ce vallon perdu dans les collines, une série de fours à chaux ANTIQUES. Nous pouvons nous en considérer les inventeurs, car personne n'en a jamais signalé de tels ici, se contentant de connaitre dans les calanques des fours moyens-âgeux ou postérieurs au 17 Siècle. Ces multiples fours (une dizaine référencés, et une quinzaine au total dans un très proche périmètre), qui parsèment ce vallon auparavant très broussailleux et peu fréquenté, sont aujourd'hui bien apparents car mis à jour par le feu de l'année 2008, et ils n'ont en l'occurrence jamais été signalés ou étudiés à notre connaissance par des archéologues. Ces derniers considérant les fours à chaux antiques comme inconnus et n'existant pas ici, au moins à la date où nous rédigeons ces lignes. Ces fours de pierres, de forme arrondie, aux rebords larges voire doublés, sans bouche d'entrée (ou de chargement) visible, comme ceux plus récents, sont parsemés de caractéristiques morceaux et boulettes d'argiles, matière inconnue dans cette zone donc apportée, qui devait servir à étanchéifier ces fours.

Nous ne doutons pas que les rapports à venir des archéologues confirmeront, après de logiques premiers doutes, nos modestes analyses et ces découvertes. En effet, nombreux sont les curieux, amateurs ou professionnels, attentifs aux informations divulguées lors de nos randonnées ou nos écrits..." - Jean Marc Nardini.


En avant-première, et avec l'accord des auteurs, d'un livre à paraitre sur les secrets du Massif des Calanques, j'ai attiré l'attention des archéologues qui prospectaient le 2 novembre 2013 dans la région dévastée par le feu en 2008 sur le fait que ces fours sont non seulement antiques, mais n'ont peut-être pas été utilisés depuis.

Martigues, Terre Gauloise - p 221 -
Jean Chausserie - Laprée nous donne une idée de l'époque à laquelle ces fours ont fonctionné du IIIe au Ie siècle avant JC :

..."C'est surtout entre 240 et 220 av JC le début de l'utilisation du bronze afin de produire des monnaies divisionnaires calquées sur le système pondéral  des monnaies de la république romaine. Parmi les 4 dénominations frappées, seuls les moyens bronzes, au trépied ou au taureau (entre 3 et 10 grammes), et surtout les petits bronzes (entre 1,5 et 3 g) au taureau cornupète ou passant sont abondamment diffusés dans les habitats gaulois aux IIe et Ie siècle."...

Revers au taureau passant . qui arbore un collier avec une clochette.. le taureau domestiqué

Tête d'Apollon - Petit bronze IIs.BC

Taureau - Pièce trouvée sur le four ci-après

L'inventeur des fours à chaux antiques à l'emplacement de la pièce massaliote

Four à chaux de l'époque romaine sur le sentier vert

Boulettes d'argile rubéfiée

Bouchon d'argile + pièce sur rebord = four à chaux antique

Quatre des fours à chaux antiques de Coulon


Le four d'Ulysse! (Odysseus Outbound- search for Homer's Ithaca - R. Bittlestone)

Le four d'Ulysse est vraissemblablement un four à chaux en pleine campagne près d'une source de calcaire. On ne trouve pas de description comme pour les fours de potiers, car les caux-fourniés ne se souciaient guère de se peindre  ainsi que l'ont fait les potiers de Corinthe qui se sont représentés sur des tablettes qui ont été déposées dans le temple de Poseïdon.
Les fours  sont ronds, ils sont fermés en voute d'où s'échappe une flamme haute qu'ils vont maitriser au besoin en montant sur une échelle. La grande différence est la gueule du four placée au bas du four dans un atelier de céramique Dans un vallon encaissé et en pente, la gueule si elle est en amont sera plus haute que la base du mur aval. Il est évident qu'ils n'ont pas attendu longtemps pour importer le savoir faire nécéssaire pour faire fonctionner un four: four à pain, four à chaux, four à fondre le bronze, tout est venu de Phocée. Tout est basé sur le même principe, et si l'on en juge par la dextérité de la réalisation des vases et coupes, il est évident que cette technologie ne présentait plus guère d'obstacles.

Relevés par Boardman

 

La paix et l'expansion économique accélérée par la présence de légions romaines et des commerçants qui le suivent ?, ou alors la guerre et des déplacements de pauvres hères qui viennent exploiter ce que les autres négligent dans des endroits inaccessibles?. L'évacuation de la chaux sur le versant nord  devait se faire à dos d'homme... vers le col de Sormiou vers la fontaine de Voyre vers le versant sud vers les Malvallons,  un sentier  avec des murs de soutien... et en bas du Malvallon un four à chaux énorme qui doit être LE four à chaux de Marseilleveyre qui en 1571 délimitait la propriété des Soeurs de St Sauveur, et donna son nom à la batterie dans la colline proche.

4 mètres de profondeur, 14 m de large


Excellente vue du four des Soeurs de St Sauveur! - Nov 2013 : Cliché J.M. Nardini


ABdR - Affar des Terres des Soeurs de St Sauveur - 1571

Le Malvallon a toujours été un passage de la mer à la plaine de l'Huveaune. Le feu qui a révélé le Four à Chaux a aussi permis de voir des tessons de toutes les époques qui concernent l'ile de Riou  depuis l'arrivée des Etrusques et des Grecs. Il a révélé aussi que le cours d'eau qui a formé le vallon  a un cours sinueux qui creuse la plaine alluviale et  se termine par une très belle gorge à l'est de la batterie de Marseilleveyre Est. Des pêcheurs, des bergers, des ramasseurs de bois, des chaufourniers, des soldats, des contrebandiers, des déserteurs, des gangsters, des ermites, des ramasseurs de sable , cela en fait du monde qui s'agite dans ce coin qui semblait ignoré des hommes, avant que les escaladeurs en 1930, puis les randonneurs l'envahissent régulièrement


Méandre de la rivière disparue du Plan des Cailles


Gorge de la rivière disparue du Plan des Cailles/Malvallon

Si l'archéologie n'est en fait que de faire les poubelles, et détrousser les cadavres, pourquoi est-ce aussi captivant?... Combien de temps faudra-t-il pour que les archéos du futur s'extasient sur les monceaux d'ordures que nous entassons autour de nous, et se creusent la tête pour savoir à quoi pouvaient bien servir ces boites de plastique noir, avec des sortes de rubans qui ont servi pendant 30 ans et puis furent abandonnées du jour au lendemain!!
Pas plus de réponse pour le futur que pour le passé.. la tentation est grande d'inventer et de broder sur sa propre opinion et de raconter des histoires à dormir debout.

Le Puits des Chèvres< et son Sentier Historique


Dans un doline, à l'extrémité Est de l'ile, une dépression dans l'argile retient de l'eau comme celle de la Fons.


A Delos  une construction semblable dont les murs étaient crépis! Même technique de construction. Même taille.

L'été il est à sec. Après des pluies il y a au plus 60 cms d'eau, qui se remplit d'algue verte.
Lorsque ma mère et moi avons suivi les gardes qui partaient contrôler un de leurs systèmes d'enregistrement, nous nous sommes déchiré les jambes aux branches des lentisques, nous avons été trempées comme des soupes par un orage d'Août , nous avons attendu la nuit noire, assises au milieu d'un sentier avec au moins trois rats qui courraient à un mètre de nous, et, pour ne pas retarder les gardes, pendant qu'ils grimpaient les éboulis pour aller contrôler les puffins, nous sommes reparties seules, et il m'a fallu un sacré bout de temps pour retrouver le chemin  qui passe sous une falaise que je n'avais pas remarquée à l'aller car nous la longions au pied! J'avais bien la copie de la carte de mon père, mais chaque fois que je la regardais à la lampe, il me fallait 5 minutes pour laisser mes yeux se réhabituer à la pénombre et essayer d'interpréter ce que je venais de voir. Lorsque nous sommes enfin arrivées à l'Aiglon, pas de bateau!; Ma mère à 85 ans a fait le sentier entre le Monastério et Fontagne par pure volonté... pourtant elle était partie d'un pas décidé (voir la photo du déversoir).
Cette première fois, je vis à mes pieds un tesson avec des paillettes de mica..un morceau de anse. je notais qu'il était au niveau du Vallon de la Vigie. Lorsque nous sommes arrivées au Puits des Chèvres il y avait alentour 4 morceaux de céramique rouge dont un truffé de grains noirs caractéristiques des tessons italiques. Ce chemin est jalonné d'énormes rochers qui ont roulé de la dorsale de l'ile et près de chaque rocher  il y a au moins un tesson. Les 3/4 sont antiques.


Col d'amphore gréco-italique trouvé sur le sentier, un autre, et un bout massaliète micacé

Et puis au bout si l'on pouvait s'attendre à des tessons du 17ème et 18ème l'époque des fermages, il y a après tout l'Abri des Chèvres pas loin du Puits des Chèvres!,  c'est en majorité de l'Italique (anse de Dressel 1A), du massaliote et de l'étrusque (validé par LF Gantès). Sur la branche des fours à chaux c'est plutôt du Vallauris et du tourbillonné de l'Huveaune. Je comprends les raisons du CEEP qui préfère ne pas inciter les gens à se promener partout, mais même eux empruntent le Chemin Historique, qu'il faudrait peut-être garder. Entre la Grande Sablière et Fontagne par contre, pas un bout de céramique à l'horizon. Lorsqu'ils allaient chercher de l'eau, ils devaient y aller en bateau. 
Ce sentier qui, à l'époque du Christ allait de Fontagne au Puits des Chèvres, on en voit encore un morceau pavé de galets (d'après LF Gantes) sur le coté Ouest de la Calanque de l'Aiglon

Précédent Chapitre Suivant

Copyright© Riou et les Calanques du Dr. Albert. All Rights Reserved

E-Mail Webmaster: micheleweismann@gmail.com